Hangest-sur-Somme se lance aussi dans la tendance ‘éolienne’

Lancé en 2008, le projet d’installation de 10 éoliennes de 20.5 MW à Hangest-sur-Somme est officiellement achevé.
Le parc éolien sur les hauteurs de Hangest-sur-Somme vient d’être inauguré. Il est composé de 10 aérogénérateurs qui culminent sur un mât de 100 m de haut et qui sont entraînés par des hélices de 46 m. Mises en place par GDF Suez, les éoliennes fonctionnent depuis le mois de mars 2015 et vont servir à générer 48 millions de kWh par an, ce qui comblera les besoins énergétiques de 26 000 personnes.

 

Une ressource financière importante

Si le projet a été lancé en 2008, ce n’est qu’en 2011 qu’il obtient un permis de construire. Toutefois, il se heurte, en 2012, à des manifestants de l’association ‘Belle vue sans éolienne’ qui ont déposé des recours. Après étude de ces derniers, ce n’est qu’en 2013 qu’a été attribué un permis de construire définitif. Concernant les travaux, elles ont débuté en 2014.

Durant cette journée d’inauguration, on a pu assister à la traditionnelle coupe de ruban ainsi qu’à des discours de nombreuses hautes personnalités. Il y a également eu des animations diverses : girouettes de cerfs-volants, visite du parc éolien, jeux picards…

Le maire de la commune de Hangest-sur-Somme est fier que le projet soit enfin terminé. Il explique que ce projet permettra d’apporter des nouvelles ressources financières qui remplaceront celles apportées par la carrière fermée en 2011.

En tout, la commune ne va gagner qu’autour de 20 000 à 25 000 euros par an. Mais la communauté de communes Ouest-Amiens va bénéficier d’une plus importante part, soit 139 000 euros par an. Le maire espère qu’elle va verser une certaine partie à sa commune sur laquelle se trouve ce parc éolien.

Le numérique crée de nouveaux métiers

Avec la démocratisation du numérique, l’ensemble des activités humaines se penche également vers le numérique.
Désormais, aucun secteur ne peut se passer du numérique, puisque certains secteurs d’activités purement humains comme l’artisanat l’adoptent également. Mais un tel changement provoque d’importantes conséquences sur l’emploi. Plusieurs sociétés bien ancrées vont devoir revoir leur position en vue d’éviter de sombrer.

 

La révolution numérique se concentre sur le service

Il est évident que la digitalisation permet de mieux connaître les clients avec leurs comportements d’achat. Mais pour se rapprocher davantage des consommateurs, les marques sont obligées d’intervenir bien au-delà du marketing. Il est essentiel dans ce cas de songer à des opportunités relatives à la proposition de nouveaux services.

Il faut savoir que le ‘service’ est le centre de cette révolution numérique. Outre les métiers classiques du numérique réservés aux geeks (web analysts, développeurs web…), de nouveaux types de métiers se sont créés. Cela dit, plusieurs métiers déjà anciens ont aussi dû s’adapter à l’instar de l’artisanat.

Avec le développement de l’internet des objets, le secteur du numérique ne cesse d’envahir plus en profondeur la vie de tous les jours : télétravail, culture, soin… Ainsi, chacun devient de plus en plus dépendant du numérique. Et les observateurs sont bien conscients que tout ce qui repose sur l’électronique peut actuellement être ‘communiquant’.

 

La réinvention des métiers

Ici, il n’est pas question de savoir l’importance du numérique sur la fiabilité d’un produit. On parle plutôt de ceux qui vont faire l’installation des équipements électroniques, la maintenance, les réglages… Par exemple, lors d’une panne, les consommateurs sollicitent directement une réparation auprès d’un professionnel disponible. C’est pour répondre à ce besoin de service rapide que plusieurs marques doivent mettre en place des services de diagnostic, d’entretien, de dépannage… Cela crée évidemment de nouveaux métiers dans chaque secteur d’activité.

Mais dans l’artisanat, il est nécessaire d’instaurer un dispositif de formations. De même que plusieurs entreprises vont être obligées de se former pour diversifier les compétences. Toutefois avec cette évolution, on risque de voir aussi un développement de plateformes de services qui vont permettre de contacter facilement un formateur, un dépanneur… Il existe déjà certains précurseurs comme Somfy ou Nest qui proposent un écosystème de fournisseurs, d’artisans et d’installateurs.

L’artisanat : Une voie de reconversion favorable

L’artisanat, avec ses 4 grands secteurs d’activité, est une voie favorable à ceux qui souhaitent se reconvertir. Il peut même permettre de créer sa propre entreprise.
Cela fait quelques années que plusieurs salariés se reconvertissent dans l’artisanat. Les raisons sont multiples. Les anciens cadres peuvent par exemple y trouver ce qui leur a toujours manqué : le fait de voir les clients satisfaits. En effet, l’artisanat consiste à produire un objet, à lui donner une bonne finition et à voir un client satisfait directement de l’œuvre réalisée.

Aussi, certains se tournent vers ce secteur en raison de la crise et des suppressions de postes dans les sociétés. L’artisanat constitue souvent un excellent levier pour se reconstruire.

 

Un projet bien préparé

Auparavant, c’étaient les jeunes qui étaient le plus appréciés dans ce secteur. Mais actuellement, ce sont surtout les adultes qui sont très demandés puisqu’ils sont volontaires, très motivés, plus autonomes, faciles à coacher et ont soif d’apprendre. De plus, les adultes qui ont déjà une certaine expérience dans d’autres secteurs, une expérience qui leur permettra d’apporter un regard nouveau dans l’artisanat.

Les cadres sont donc bien partis pour la reconversion dans ce milieu. En plus du savoir-faire, se mettre à son propre compte permet aussi de relever certains défis : développer son entreprise, bien intégrer les outils high-tech, concevoir de nouveaux produits… Et ces défis, les adultes les connaissent bien et n’ont pas peur de les relever.

Mais puisque la reconversion consiste souvent à créer une entreprise, il est nécessaire de s’organiser. Dans ce cas, il faut bien choisir le secteur d’activité. Qu’il s’agisse d’une passion qui date de longtemps ou d’une nouvelle découverture, l’important c’est de faire ce qu’on aime et de le faire jusqu’au bout.

 

Une bonne relation avec les employés

La reconversion vers l’artisanat implique de grands changements. Il y a d’abord la réflexion, l’apprentissage, la formation ainsi que l’élaboration d’un dossier de création d’entreprise. Puis, il faut financer sa formation. Après, on doit songer aux conséquences de ce choix sur la vie privée.

En tout cas, la formation est primordiale, car cela permet d’apprendre toutes les ficelles de ce métier. Cette formation permettra aussi de savoir comment gérer les employés et entretenir une bonne relation avec eux afin qu’ils soient productifs.