Optique : Limite de 450 euros pour le remboursement attribué par les mutuelles

Actuellement, le marché de l’optique pèse 5.3 milliards d’euros. Le niveau de prise en charge octroyé par l’assurance maladie étant très bas, le remboursement auprès des meilleures mutuelles est d’environ 3.65 milliards d’euros par an. D’après la Cour des comptes, le marché de l’optique français est opaque, très cher et peu concurrentiel. Dans l’Hexagone, les lunettes sont plus coûteuses par rapport à ses voisins (environ 300 euros pour les lunettes classiques et 580 euros pour les lunettes à verres progressifs).

Pour diminuer les prix, le gouvernement veut baisser le remboursement auprès des mutuelles à 450 euros (verres simples) et 700 euros (verres complexes). Les rumeurs affirment qu’il y aurait un décret en cours de préparation et que les contrats de complémentaires comprendraient un remboursement minimum de 50 euros (verres simples) et 200 euros (verres complexes).

En outre, il faut que les contrats offerts par les complémentaires santé correspondent à un nouveau cahier des charges. Ainsi, l’État compte contrôler la hausse des prix dans ce secteur où les tarifs sont imposés librement et où la Sécu n’est que partiellement engagée.

Un nouveau texte

D’après le gouvernement, un nouveau texte est en cours de préparation afin de trouver un équilibre adéquat, permettant de réguler le marché. Le ministère de la Santé a ajusté ce texte dont la première version était très contraignante (une baisse progressive de 300 euros en 2018).

Les fabricants d’optique et les professionnels n’apprécient pas le déremboursement dissimulé pour les équipements d’optique. Ils craignent que les mutuelles remboursent uniquement les lunettes 3 couleurs adoptant une technologie datant de plus de 20 ans. Le secteur avait également averti concernant les risques au niveau des entreprises.

Jusqu’à présent, le ministère de la Santé n’a donné aucune confirmation à propos de ce décret. Il stipule qu’une étude est encore en cours. Mais les professionnels sont déjà ravis de cette avancée. Essilor s’est d’ailleurs félicitée que le gouvernement propose quelques ouvertures et écoute les professionnels.

Elsa

Laisser un commentaire