Nièvre : Accablée par la réorganisation des services publics

Aller à la mairie pour envoyer un courrier recommandé puisque La Poste est devenue une APC (agence postale communale) ; arriver tôt devant l’agence des finances publiques puisqu’elle est fermée en après-midi ; faire 40 km pour accoucher… ce sont désormais les problèmes à Nièvre.

Dans ce département, les services publics ont été démantelés. Ceux qui n’apprécient pas osent se rassembler pour reconquérir leurs services publics. À Saint-Saulge, les habitants doivent se faire à l’idée que le bureau de poste va se fermer et être changé en APC. À l’instar des 72 autres bureaux de poste du département, celui-ci n’affichait pas non plus une grande fréquentation, raison pour laquelle il y a ce changement.

 

La colère de la population

À Saint-Saulge, les services postaux sont sous-traités par la municipalité, et les habitants en sont bien conscients. Les résidents avouent leur mécontentement envers La Poste et non contre les facteurs. Ils se tournent vers la section communiste qui a co-organisé une manifestation le 30 mai dernier devant la mairie. Durant ce rassemblement, plus de 400 signatures ont été remises à Christian Paul, député socialiste, qui s’étonne de voir La Poste décider de fermer son bureau dans la commune.

Qu’il s’agisse de simples usagers ou d’employés de La Poste, mécontents de la décision de celle-ci, ils s’appuient sur la CGT qui compte investir les marchés de la Nièvre. Du côté des syndicats, on sollicite un meilleur service postal. La CGT insiste aussi sur les heures d’ouverture des centres de finances publiques qui se ferment en après-midi. Le 18 juin, les salariés vont se retrouver en intersyndicale pour protester contre ce processus qui envisage de fermer 6 trésoreries jusqu’en décembre.

Pour les hôpitaux, on remarque aussi une réorganisation. À Decize par exemple, la CHT a décidé de fermer la maternité. Face à cela, les usagers se sont rassemblés et ont appuyé la CGT afin de demander sa réouverture. Mais même si c’est approuvé, la maternité n’est pas encore ouverte jusqu’à maintenant.

Sur Château-Chinon, le centre hospitalier n’accepte plus les urgences à partir de 22 h. Pour Cosne-Cours-sur-Loire, la chirurgie, la maternité et la radiologie ont été vendues au secteur privé.